top of page
Rechercher

LA COHERENCE CARDIAQUE


La cohérence cardiaque est l’état d’harmonie physiologique, physique, émotionnel et mental qui accompagne l’individu vers le recentrage et le renforcement de chacun de ces états.


La fréquence cardiaque varie en permanence, le cœur modulant son activité en fonction de sollicitations internes et externes. Le corps humain est sous contrôle en particulier de deux systèmes nerveux autonomes (système somatique et système autonome) et de diverses zones du cerveau. Une respiration normale est maîtrisée par le système nerveux autonome et le système nerveux somatique. Le système nerveux autonome comprend deux versants : le système nerveux sympathique (prépare à la fuite ou au combat) et le système nerveux parasympathique (effet globalement sédatif et de régulation), dont les effets physiologiques sur l'organisme sont diamétralement opposés.


Le rythme cardiaque reflète ainsi l’état de nos émotions. Le lien cœur-cerveau marche dans les deux sens : en régulant le rythme cardiaque on peut avoir une influence sur notre état émotionnel. La synchronisation du système cœur-cerveau crée ainsi un système de « balancier physiologique » que l’on appelle cohérence cardiaque.

Des études récentes démontrent que la variabilité de la fréquence cardiaque est un très bon prédicteur de la faculté à résister au stress et à gérer ses émotions. Or une respiration lente et régulière est un moyen très efficace de réguler cette fréquence cardiaque, ce qui fait de la cohérence cardiaque un outil de gestion des émotions à la fois simple et extrêmement efficace.



Pour entrer dans l’état de cohérence cardiaque, il suffit d’atteindre une fréquence de 6 cycles respiratoires par minute atteinte.

En fonction de l'effet recherché, la durée relative de l'inspiration et de l'expiration peut varier, en y intercalant éventuellement des pauses, par exemple :

  • 5 secondes d'inspiration suivies de 5 secondes d'expiration ;

  • 4 secondes d'inspiration suivies de 6 secondes d'expiration (effet parasympathique dominant) ;

  • 6 secondes d'inspiration suivies de 4 secondes d'expiration (effet orthosympathique dominant) ;

  • 4 secondes d'inspiration - pause de 1 seconde, suivies de 4 secondes d'expiration - pause de 1 seconde.

6 vues0 commentaire

Comments


bottom of page